';

Patients

Informations patients

Un espace qui vous est destiné, dans le but de vous expliquer ce qu’est un implant orthopédique et les raisons qui peuvent mener à avoir recourt à la chirurgie.

Vous trouverez également des explications simples sur les articulations concernées par nos produits, afin de comprendre au mieux l’acte chirurgical et l’aborder plus sereinement.

Les informations publiées sur ce site internet sont uniquement proposées à titre indicatif et ne remplacent pas une consultation avec un praticien.

Apparues il y a une quarantaine d’années, les prothèses de genou ont pour but de remplacer le cartilage et l’os abimé ou détruit.

Qu’est-ce que l’articulation du Genou ?

Le genou est une articulation qui permet de joindre le fémur, le tibia et la rotule. Le cartilage, qui recouvre les extrémités des os, permet que les surfaces de l’articulation glissent facilement les unes contre les autres.

Articulation dite « charnière », le genou est soumis à de fortes contraintes latérales, et sa stabilité est assurée par les ligaments latéraux et croisés. Le ménisque, petit cartilage situé entre le fémur et le tibia, stabilise-lui aussi le genou tout en ayant un rôle d’amortisseur.

Dans quel contexte peut-on avoir recourt à une prothèse de genou ?

Le chirurgien a recours à une prothèse de genou pour les patients dont le cartilage articulaire est abimé, ce qui est à l’origine de douleurs et d’une diminution de la mobilité de l’articulation. La prothèse de genou est donc une solution pour reconstruire l’articulation, soulager les douleurs et restaurer la mobilité articulaire lorsque les traitements médicaux ne sont plus suffisants.

Les causes possibles de la détérioration du cartilage articulaire :

  • La gonarthrose ou arthrose du genou
  • La polyarthrite rhumatoïde
  • L’ostéonécrose
  • Un traumatisme

La prothèse

Deux types d’implants existent : la prothèse totale de genou ou la prothèse partielle dite unicompatimentale.

  1. Le condyle, qui vient remplacer la partie abimée du fémur ;
  2. L’insert, qui facilite la congruence entre le condyle et l’embase tibiale et remplace les ménisques ;
  3. L’embase tibiale, qui vient remplacer la partie abimée du tibia ;
  4. L’implant rotulien, qui vient remplacer une partie de la rotule (mais qui n’est pas posé systématiquement).

Prothèse unicompartimentale :

Seul un coté de l’articulation est remplacé

  1. Le condyle, qui vient remplacer la partie interne ou externe du fémur ;
  2. L’insert, qui facilite la congruence entre le condyle et l’embase et remplace un des ménisques ;
  3. L’embase, qui vient remplacer la partie interne ou externe du tibia.

La prothèse totale de hanche est un dispositif de remplacement de l’articulation de la hanche lorsque cette dernière est abimée.

Qu’est-ce que l’articulation de la hanche ?

La hanche est une articulation qui permet de joindre la cuisse au bassin. Elle est composée du fémur dont la tête vient s’emboiter dans la cavité du bassin. Les surfaces de l’articulation sont recouvertes de cartilage, ce qui leur permet de glisser facilement les unes contre les autres.

Dans quel contexte peut-on avoir recourt à une prothèse de hanche ?

Le chirurgien a recours à une prothèse totale de hanche pour les patients dont l’articulation est usée, ce qui est à l’origine de douleurs et d’une diminution de la mobilité. La prothèse de hanche est donc une solution pour reconstruire l’articulation, soulager les douleurs et restaurer la mobilité articulaire lorsque les traitements médicaux ne sont plus suffisants.

Les causes possibles de la détérioration du cartilage articulaire :

  • La coxarthrose ou arthrose de la hanche
  • Une fracture du col du fémur
  • L’ostéonécrose de la tête du fémur
  • La polyarthrite rhumatoïde

La prothèse

  1. La tige, qui vient s’insérer dans le fémur ;
  2. La tête (céramique ou métal), qui vient se placer sur la tige ;
  3. L’insert (céramique ou polyéthylène), qui va permettre le glissement de la tête dans la cupule ;
  4. La cupule, qui vient s’impacter dans la cavité du bassin.

La réparation d’un ligament croisé est une intervention de remplacement du ligament rompu grâce au prélèvement d’un transplant (tendon de la patte d’oie, tendon rotulien, tendon quadricipital). Le but de l’intervention est de rendre au blessé un genou stable pour qu’il puisse retrouver ses capacités physiques et sportives.

Qu’est-ce que le LCA et le LCP ?

Le ligament croisé antérieur (LCA) est situé au milieu du genou (il fait partie du « pivot central »). Placé dans l’échancrure du fémur, véritable cavité au milieu du genou, il est oblique vers haut, vers l’arrière et en dehors. Le ligament croisé postérieur (LCP) est situé juste en arrière de lui. Ces deux ligaments sont « croisés » l’un par rapport à l’autre : lorsque le tibia effectue un mouvement de rotation en dedans, ils ont tendance à s’enrouler ensemble. Ces deux ligaments assurent la stabilité d’avant en arrière et en rotation du genou.

Dans quel contexte peut-on avoir recourt à une réparation de Ligament Croisé ?

La rupture la plus fréquente est celle du LCA. Il faut s’avoir qu’un ligament croisé rompu ne cicatrise pas naturellement. Il faut donc le soigné, soit par un traitement par rééducation soit par la chirurgie lorsque la rééducation et les traitements médicaux ne fonctionnent pas. Quel que soit le cas de figure, une rupture des ligaments croisés doit être traitée, car à terme, si elle n’est pas soignée correctement, elle peut déboucher sur de l’arthrose.

L’intervention chirurgicale et les implants
Il existe à ce jour plusieurs types de technique de réparation du ligament croisé du Genou dont les deux plus fréquentes sont le KJ ou DIDT.

Quelle différence existe-t-il entre ces deux techniques ?
La différence majeure se situera au niveau du prélèvement.
En effet : Le KJ (Kenneth Jones) consiste à remplacer le ligament rompu à l’aide d’un prélèvement du tendon rotulien. Ce prélèvement sera constitué de deux baguettes osseuses.

Le DIDT (Droit Interne Demi Tendineux) ou DT4 (uniquement le demi-tendineux) consistent à prélever les tendons des Ischio-Jambier pour réparer le ligament croisé rompu.

Quels implants sont utilisés pour la réparation du LCA

Les vis d’interférence :

C’est une vis qui est introduite dans les tunnels fémoraux et tibiaux. Elle permet de coincer la greffe entre la paroi du tunnel et le greffon. La vis peut être métallique (visible sur les radios) mais la plupart du temps les chirurgiens utilisent des vis résorbables (invisibles sur les radios). Les vis d’interférence existent en plusieurs longueurs et diamètre afin de s’adapter au mieux à l’anatomie de chaque patient.

Les Endoboutons :

Il s’agit d’un bouton monté d’un fil bouclé permettant de tracter le greffon au travers du tunnel. Une fois le greffon migré dans le tunnel l’endobouton bascule et s’appuie sur la corticale extérieure de l’os.

Dedienne Santé

Les fondations d’une marque française

Menix Group

Histoire & profil

Partenaires

Mutualiser nos expériences

A